La Guerre de Sécession

la_guerre_de_secessionDes ouvrages généraux sur la Guerre de Sécession, il en est peu d’accessibles en français. Hormis la somme de James McPherson publiée dans la collection « Bouquins » et les synthèses réalisées par André Kaspi (Gallimard, coll. « Découvertes ») et Farid Ameur (P.U.F., coll. « Que sais-je ? »), il faut admettre que les travaux sur le sujet se comptent sur les doigts d’une main dans l’Hexagone. D’autant qu’il est pour ainsi dire certain que les ouvrages majeurs d’historiens tels qu’Allan Nevins, Shelby Foote, Gary Gallagher, ne seront jamais traduits dans la langue de Molière.

C’est pourquoi l’on ne peut que se féliciter que les éditions Perrin aient eu l’idée d’offrir au public français une traduction de l’un de ces ouvrages clefs, à savoir The American Civil War, du prestigieux historien militaire britannique John Keegan. Parce que Keegan, notamment, est un excellent chroniqueur des opérations stratégiques et un tout aussi brillant analyste de la mentalité – parfois franchement consternante – de ceux qui les conduisent. Mais aussi parce que cet historien ne s’intéresse pas uniquement aux mouvements de troupes, aux calculs des généraux. Conformément à ce qui est au cœur de l’œuvre de sa vie, Keegan s’intéresse à la guerre en tant que telle, à la manière dont elle a été vécue et perçue par les soldats aussi bien que les civils. Ainsi accorde-t-il une place essentielle à des matières jusque là, il faut l’avouer, souvent négligées par ses prédécesseurs, à savoir le rôle des armements et du moral, des soins médicaux du soldat et de la logistique.

La Guerre de Sécession, démontre-t-il, constitue une anticipation progressive des guerres totales de l’époque contemporaine. Progressivement, car longtemps les généraux, y compris les plus brillants, raisonnent encore à partir de précédents historiques qui n’ont plus court avec l’accroissement de la portée de tirs des fusils – d’où le fait qu’un officier tel que Robert E. Lee ait remporté de grandes victoires en versant d’incroyables quantités de sang… De fait, et plus que jamais, la guerre restera une épreuve terrible pour nombre de blessés, mutilés ou traumatisés.

Pas tout à fait une guerre totale, cependant, mais presque. La mobilisation des masses ne sera pas nécessairement poussée à son paroxysme, sachant qu’au Sud les nécessités de centraliser la direction de l’économie de guerre se heurteront aux intérêts des Etats locaux, qui avaient précisément quitté l’Union en invoquant le droit de disposer d’eux-mêmes (pour maintenir cette « Institution particulière » qu’était l’esclavage) : il n’en demeure pas moins que l’Etat devra jouer un rôle essentiel dans l’organisation de la victoire, la Confédération manquant, à ce titre, cruellement de moyens et de ressources, au point de réfléchir trop tardivement à l’éventualité d’armer les esclaves – alors que des dizaines de milliers de soldats noirs servent depuis 1863 dans les armées de l’Union. Malgré ces handicaps résultant de son propre racisme, et de son inadaptation à un conflit de grande ampleur, il n’en demeure pas moins, estime Keegan, que le Sud fera preuve d’une constante volonté combative, jusqu’à la capitulation de Lee à Appomatox, conclusion certes recevable mais peut-être trop absolue pour correspondre pleinement à la réalité.

John Keegan a tout de même réussi à composer une étude savante et vivante de ce conflit, à partir d’une approche originale censée démontrer la place décisive, tant en matière géopolitique que militaire et sociale, de la Guerre de Sécession dans l’Histoire, et pas seulement celle des Etats-Unis.

Nicolas Bernard
Titre : La Guerre de Sécession
Auteur : John Keegan
Editeur : Editions Perrin
Nombre de pages : 504
Publication : février 2011
Prix : 24 €
ISBN : 978-2262032494
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s