Le Matamore, Mythe, images et réalité. Quand Saint Jacques est enrôlé dans la guerre

lematamoreLe Matamore, Mythe, images et réalité, Quand saint Jacques est enrôlé dans la guerre de Denise Péricard-Méa, responsable des recherches à la fondation David Parou Saint-Jacques, s’intéresse au célèbre compagnon de Jésus. Toutefois, loin d’être une énième biographie de l’apôtre, cette intéressante monographie tente de comprendre la transformation étonnante de Jacques de Zébédée en guerrier héroïque et la longévité de ce mythe des plus agressifs.

Si la figure chevaleresque du pèlerin, exécuté par le glaive sur les ordres du roi Hérode et premier martyr, apparait au début du XIIe siècle, cet évangélisateur de l’Espagne devient véritablement au XIVe siècle le Tueur de Maures, maniant avec vigueur contre les adversaires de la chrétienté l’arme par laquelle il trouva la mort. Avant même que Cervantes ne couche par écrit le terme de Matamore en 1607, le saint, par l’entremise de prières et autres cris de guerre, fut en effet aux côtés des Chrétiens pour leur assurer la victoire contre les Mahométans, notamment lors de la prise de Jérusalem en 1099 et de la Reconquista.

S’appuyant sur une vaste collection iconographique et des textes innombrables, en particulier La Geste de Béranger de Landorerédigée vers 1322, l’auteur suit la lente évolution des représentations, aussi bien mentales qu’iconographiques du miles Christi à travers les siècles jusqu’à sa récupération par le général Franco. Entre temps, saint Jacques, souvent dépeint sous les traits d’un cavalier brandissant une épée et portant un gonfanon, « lutte » à travers l’Europe contre les adversaires les plus divers, tels les Turcs menaçant la Pologne au XVIIe siècle et les « laïcards » français du XIXe. Vitraux, ouvrages, discours, sculptures et autres médias mettent en scène tout au long de sa « carrière » atemporelle l’apôtre portant secours aux croyants.

Citant largement ses sources, publiant notamment La Geste de Béranger de Landore dans son intégralité, Denise Péricard-Méa construit une étude sérieuse des plus pointues que seul un public de connaisseurs saura apprécier. Loin de se cantonner à l’espace espagnol, l’auteur n’hésite pas à démontrer l’universalisme de cette figure biblique devant emblème politique.

Aimeric Vacher
Titre : Le Matamore
Auteur : Denise Péricard-Méa
Editeur : La Louve Editions
Nombre de pages : 223 p.
Publication : Octobre 2011
Prix : 22 €
ISBN : 978-2-916488-48-6
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s