Le Sud après la Guerre de Sécession. De la Reconstruction à la reségrégation (1865-1896)

sud_apres_guerre_secessionL’on dit souvent que la Guerre de Sécession a constitué une étape décisive de l’Histoire des Etats-Unis, voire qu’elle serait « la Seconde Révolution américaine ». Sans doute, mais à condition de tenir compte de la période – quasi-ignorée en France – qui a suivi, ces années de l’après-guerre où le Sud, pourtant vaincu, a finalement gagné la paix. Y compris, et pour plusieurs décennies, sur le terrain historiographique : les historiens sudistes, qui ont longtemps tenu le haut du pavé, ne se sont pas privés de dépeindre cette époque sous un jour des plus tendancieux, insistant complaisamment sur l’incapacité prétendue des Noirs à profiter de leur liberté retrouvée pour faire valoir des droits civiques qu’ils n’auraient nullement mérités…

Bref, ces années dites de la « Reconstruction » seront celles des désillusions pour les anciens esclaves, progressivement lâchés par l’Etat fédéral et ravalés au rang de sous-catégorie par les nouvelles législations sudistes, posant jusqu’aux années 1960 les fondements de la ségrégation… avec l’appui de la Cour suprême, gagnée par le racisme et obsédée par l’idée d’encadrer les prérogatives du Congrès et de l’exécutif fédéraux au profit du droit des Etats. Le Sud, de son côté, se modernise sans pleinement renier les traditions qui fondaient son identité, se taille sur mesure une mémoire partiale de la Guerre de Sécession, assimilée à une lutte épique contre un adversaire monstrueux, déloyal et en surnombre (légende dite de la « cause perdue »).

Cette période matricielle de l’identité américaine, et dont les effets pervers sont loin de s’être dissipés, fait l’objet de cet ouvrage composé par plusieurs historiens, lequel, après une présentation synthétique réalisée par Frédéric Robert (la question de l’esclavage, en fait la « question noire », les origines de la Guerre de Sécession, le conflit lui-même et l’après-guerre), s’attarde sur quelques points spécifiques : les législations ségrégationnistes, le rôle de la Cour suprême, l’action controversée du leader noir Booker T. Washington, la dénonciation des violences sudistes contre les Noirs par une héroïque journaliste noire, Ida B. Wells, les mutations économiques et sociales du Sud (ainsi que ses continuités). Chaque article est complété par une bibliographie.

Nicolas Bernard
Titre : Le Sud après la Guerre de Sécession. De la Reconstruction à la reségrégation (1865-1896)
Auteur : Frédéric Robert (dir.)
Editeur : Editions Ellipses
Nombre de pages :223
Publication : août 2009
Prix : 19,50 €
ISBN : 978-2729852870
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s