Vampires. Au-delà du mythe

vampires_boutetC’est toujours un grand bonheur que de voir un membre de la communauté universitaire publier un ouvrage qui sort des sentiers battus, qui plus est quand l’œuvre est de qualité. Avec Vampires, au-delà du mythe, Marjolaine Boutet s’intéresse à la créature qui, depuis Dracula de Bram Stocker, s’est imposée comme un monstre incontournable hantant sans relâche la civilisation occidentale. Maître de conférences à l’université de Picardie-Jules Vernes, l’auteure offre une étude des vampires à travers l’histoire et les médias contemporains. Ce faisant, elle aboutit à une synthèse qui replace ces monstres dans notre quotidien en faisant d’eux des symboles de notre temps.

S’appuyant tant sur des sources écrites que sur des pratiques sociales anciennes et des modèles historiques (notamment l’incontournable Vlad Tepes et la comtesse Elizabeth Báthory), Marjolaine Boutet décortique la genèse de ces suceurs de sang qui ont tant effrayé les populations à travers l’Europe. Si son analyse est quelque peu succincte en ce qui concerne les périodes antiques et médiévales, elle se fait plus consistante et approfondie par la suite et atteint son paroxysme lorsque sont abordés les XIXe et XXe siècles. Il est vrai que depuis le romantisme, les auteurs, tant écrivains que scénaristes, ayant compris l’intérêt mêlé de crainte et de fascination, que suscite ces êtres exceptionnels dans le public, n’ont cessé de complexifier les vampires. De Dracula à Nosferatu, de Lestat aux héros de Twilight, ces morts-vivants ont évolué, tant dans leur nature que dans leur personnalité, pour s’offrir plus de consistance et de profondeur, à la plus grande joie de leurs admirateurs et au grand dam de leurs adversaires.

Tout en suivant l’évolution des vampires à travers le temps, Marjolaine Boutet tente de comprendre leurs transformations en tant que réponses aux besoins, aux interrogations, et aux inquiétudes de la société occidentale. Tel est el cœur de cette étude. Ainsi, en les replaçant dans des contextes précis, elle démontre leur fonction de révélateurs de notre société, notamment en terme sexuel. Usant d’innombrables exemples littéraires (comme The Vampyre de John Polidori), cinématographiques (avec Le Bal des Vampires de Roman Polanksi, par exemple), et télévisés (usant ainsi de la série Buffy contre les vampires), l’historienne révèle un vampire des années d’après-guerre qui se fait femme fatale puis contestataire dans les années 1980 ; de la même manière, s’il est effrayant au XIXe siècle, il peut aussi se faire comique à partir des années 1960. Les angles d’étude sont presque infinis. Le vampire est, en fait, à l’image de notre société, polymorphe.

Parallèlement, l’historienne en profite pour aborder sommairement certaines créatures, fantastiques (telles Lilith et Lamia) ou cryptozoologiques (comme le Chupacabra), qui se rapprochent du vampire par leur goût prononcé pour le sang et leur nature transgressive. Une dérive qui nous emporte loin du sujet principal mais qui a le mérite d’élargir l’horizon du lecteur en ce qui concerne les monstres buveurs de sang.

Par la clarté et la précision de l’étude et son sujet très actuel, ce livre est à conseiller et à offrir à tous les publics férus de vampires en particulier et de monstres en général.

Aimeric Vacher
Titre : Vampires
Auteur : Marjolaine Boutet
Editeur : Ellipses
Nombre de pages : 243 p.
Publication : Septembre 2011
Prix : 12,50 €
ISBN : 978-2-7298-6402-6
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s