Carnet de guerre d’un jeune Viêt-minh à Diên Biên Phu

carnet_vietCe « carnet de guerre d’un jeune Viêt-minh à Diên Biên Phu », récemment découvert par une journaliste américaine, s’avère particulièrement intéressant à plusieurs titres. Né en 1933 à Haiphong, Pham Thanh Tâm, de parents ouvriers, a bénéficié du système éducatif installé par le colon avant d’adhérer à la Ligue pour l’indépendance du Viêtnam (ou Viêt-minh) fondée par Hô Chi Minh en 1941. Durablement marqué par la grande famine de 1944/45 – due aux Japonais qui ont réquisitionné le riz pour nourrir leur armée avec le concours de l’administration coloniale française – l’auteur s’engage très jeune, dès l’âge de 15 ans, dans la lutte pour l’indépendance de son pays dès lors que sa ville est violemment bombardée par la Marine française le 23 novembre 1945, quelques mois seulement après le retour de la puissance coloniale.

Outre le cheminement d’un jeune garçon éduqué issu d’un milieu populaire vers la cause indépendantiste et, concomitamment, le communisme, ce livre révèle la très forte imprégnation idéologique et la solide éducation politique des combattants du Viêt-minh. Les pages de ce texte, fidèles à l’orthodoxie communiste, peuvent au premier abord apparaître comme un simple travail de propagande. Il n’en est pourtant rien. Pham Thanh Tâm ne cherche à aucun moment à s’affranchir de la vision anti-impérialiste et sacrificielle développée par ses chefs. Comme le note Stéphane Audoin-Rouzeau dans sa préface, « il est lui-même un instrument docile de cette propagande ». Mieux, ce carnet « nullement écrit en vue d’une publication quelconque […] dit l’adéquation parfaite de l’auteur […] avec la façon dont le Viêt-minh pensait la guerre ».

Surtout, si la célèbre bataille de Diên Biên Phu a laissé de nombreux témoignages du côté français, les témoignages écrits sur le vif au moment des combats par des témoins Viêt-minh sont extrêmement rares. Pham Thanh Tâm, journaliste à la division d’artillerie de l’armée populaire, bénéficiait là d’une position privilégiée au moment de la grande offensive contre la forteresse française. Ses descriptions des combats, de la vie des soldats ou encore des opérations militaires sont particulièrement circonstanciées et riches d’enseignements. Enfin, maniant aussi bien le crayon que la plume, l’auteur a laissé – outre ses carnets – de nombreux croquis, dessins ou aquarelles. Une grande partie d’entre eux est présentée dans ce livre bien réalisé et très agréable à feuilleter, et viennent émailler la lecture au fil des pages.

M.B.

Titre : Carnet de guerre d’un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu
Auteur : Pham Thanh Tâm, préface de Stéphane Audoin-Rouzeau
Editeur : Editions Armand Colin
Collection : Le fait guerrier
Nombre de pages : 192
Format : 145×220 mm
Publication : février 2011
Prix : 19,90 €
ISBN : 978-2-200-25759-0

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s