Discours de Guerre

discours_guerre_churchillWinston Churchill savait écrire, ses Mémoires et ses différents articles réédités par Tallandier depuis deux ans sont là pour le confirmer. Il savait aussi discourir, même si le contenu de l’allocution était en fait plus brillant que son art oratoire. La langue anglaise se prêtait il est vrai plus facilement à son style incisif, allant droit au but malgré, à l’occasion, une indéniable langue de bois politique. Il n’en demeure pas moins que les discours du « Vieux Lion » prononcés pendant la Deuxième Guerre Mondiale lui ont permis de se poser en figure suzeraine sans – trop – porter atteinte aux traditions démocratiques de la Grande-Bretagne.

Le discours churchillien se veut en effet pugnace, de manière à effacer les hontes de la doctrine diplomatique de l’appeasement ; épique, pour en appeler aux vertus sacrées du peuple britannique dans l’épreuve que lui impose l’Allemagne hitlérienne ; généreux, afin d’appeler à l’aide les Etats-Unis et appuyer cette Union soviétique que déteste viscéralement le Premier britannique, mais bien moins encore que le dictateur nazi, lequel demeure à ses yeux l’ennemi numéro 1 de la « civilisation ». Ainsi, le discours churchillien constitue une arme politique de première importance, qui moule la politique étrangère et intérieure britannique et sert à forger une puissance de guerre. Il n’aura toutefois plus cours après la capitulation allemande, étant alors aux antipodes d’une opinion publique soucieuse de sortir des années de privations… en attendant les débuts de la Guerre Froide et la dénonciation du« rideau de fer » !

Les éditions Tallandier viennent de rééditer les principaux discours tonnés par Churchill de 1938 à 1945, des accords de Munich (qu’il assimile, avec lucidité, à une défaite totale des démocraties) aux premières appréhensions de l’après-guerre, qui laissent deviner chez lui le constat désabusé de la fin de la superpuissance britannique au profit des Etats-Unis et de l’U.R.S.S. L’on y retrouvera diverses fameuses allocutions, telles que celle dite du« sang, de la sueur et des larmes », ou encore le discours de « la plus belle heure », celui dénonçant l’invasion de l’U.R.S.S. le 22 juin 1941, le discours du 2 juillet 1942 mettant en échec une motion de censure déposée contre lui à l’issue d’une vague de défaites alliées ininterrompues… Le choix de l’éditeur apparaît des plus pertinents, dans la mesure où il s’agit là des allocutions les plus célèbres, celles qui rythment le conflit, et où Churchill, contraintes démocratiques obligent, doit afficher une certaine sincérité (sans faire preuve non plus de transparence). Il a été judicieux, à ce titre, de présenter ces discours dans leur version originale, outre leur traduction française, de manière à apprécier le style véritable – si simple, et pourtant si travaillé – du Premier Ministre. Le tout servi par l’appareil critique réalisé l’historien Guillaume Piketty (grand spécialiste de l’histoire de la Résistance).

Nicolas Bernard
Titre : Discours de Guerre. Edition bilingue
Auteur : Winston Churchill
Editeur : Tallandier
Collection : Texto
Nombre de pages : 427
Publication : mai 2009
Prix : 12 €
ISBN : 978-2847345476
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s