La Révolution française

revolution_françaiseDès son lendemain impérial, l’histoire de la Révolution française se présentait sous une triple nature : celle d’un combat vécu, dans l’exaltation ou la souffrance, celle d’un modèle politique, d’une invitation perpétuelle à se projeter dans le passé pour éclairer le présent, celle d’une proie féconde de la recherche historique. Domaine de choix de l’histoire mémorielle, narrative, érudite ou romancée en ses débuts, la volonté d’élaboration et de représentation de la Révolution se mua lentement en objet de savoir, d’abord académique, puis universitaire, en se prêtant de bonne grâce aux exigences critiques de scientificité. Depuis lors, comme aux premiers jours de la Restauration, ce fut la quête du sens qui occupa le devant de la scène historiographique.

La Révolution semblait un événement d’une ampleur incomparable parce qu’elle s’était déployée dans l’Etat le plus « policé » du temps et qu’elle entendait se justifier en proclamant l’universalité des principes qui la rendaient légitime aux yeux du monde. De ce fait, le « vent de réaction » qui souffla sur l’Europe bien avant le Congrès de Vienne fut impuissant à effacer ses conquêtes et à museler le « réveil des consciences nationales ». Pour apprécier la Révolution française à sa juste valeur, différents courants de pensée se heurtèrent dans un violent tintamarre après 1815, privilégiant successivement une interprétation contre-révolutionnaire, une critique libérale et une doctrine républicaine bien affermie.

Ainsi importait-il que ces regards contraires fussent croisés afin d’extraire la signification profonde des épisodes saillants et des concepts phares de la trame révolutionnaire, de la souveraineté de la Nation en 1789 à la chute de la République directoriale, en passant par l’éclosion de la guerre, le mythe d’une société égalitaire et la crise thermidorienne. Des romanciers et des poètes fameux, comme Balzac, Dickens, Rimbaud ou Flaubert, des penseurs et des philosophes, à l’image de Bonald, Guizot, Hegel ou Tocqueville, ne cessèrent de puiser à la source révolutionnaire pour façonner leurs modèles théoriques ou littéraires. Remercions donc Pascal Dupuy et Claude Mazauric d’avoir su proposer au lecteur curieux ce récit à voix multiples, ce florilège abondant dont les facettes contrastées permettent de découvrir un siècle et demi d’historiographie et de saisir, par là même, le mouvement indomptable de la Révolution.

Nicolas Pavillon

Titre : La Révolution française
Auteur : Pascal Dupuy & Claude Mazauric
Editeur : Vuibert
Nombre de pages : 441
Publication : juillet 2005
Prix : 23 €
ISBN : 2-7117-4427-2

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s