La Révolution, une exception française ?

revolution_exceptionMalgré l’enrichissement de la recherche historique, les prétentions universalistes de la Révolution française demeurent gravées dans les manuels scolaires. Des pages convenues font resplendir l’année 1789 comme l’aube glorieuse des temps modernes. Depuis longtemps, cette vulgate suscite le scepticisme d’Annie Jourdan, professeur à l’Université d’Amsterdam et auteur de divers ouvrages dédiés au Ier Empire. A ses yeux avertis, il importe davantage de placer le phénomène français dans sa dimension occidentale, tout en conciliant les voies de l’Histoire politique, chère à François Furet, et de l’horizon cultuel prisé par Michel Vovelle. Au cœur de cette perspective, la Révolution française, environnée de précédents, acquiert une acception nouvelle. La France ne peut se targuer d’avoir enfanté l’esprit révolutionnaire : plus d’une décennie avant la prise de la Bastille, les Insurgents américains provoquaient l’émoi des contemporains, sans parler de la révolte des Provinces-Unies, que Mirabeau admirait tant.

Dans un premier temps, Annie Jourdan brosse un tableau clair et un peu elliptique de la Révolution française. Le sujet est certes bien trop vaste pour être embrassé dans toute sa fécondité. Aussi la peinture de l’Ancien Régime frise-t-elle parfois la caricature, tandis que certaines facettes du tourbillon révolutionnaire manquent cruellement : les épisodes de l’été tragique de 1793 sont à peine esquissés, et l’aspect économique disparaît dans le tumulte des événements. En revanche, l’auteur alterne agréablement les impressions locales et le point de vue des personnages, les enjeux nationaux et les défis internationaux. L’écho étranger révèle l’importance cruciale de l’époque directoriale dans le rayonnement des idées françaises, la marche des armées accompagnant l’ébauche d’un redressement républicain. De même, Annie Jourdan a raison de mettre en exergue la prompte acculturation des Français aux valeurs nouvelles, de la découverte de la citoyenneté à la désacralisation d’un espace public voué jadis à Dieu et au Roi. Enfin, l’excellente maîtrise d’une historiographie abondante, à la fois classique et moderne, agrémente la lecture de l’essai.

La seconde partie est infiniment plus nuancée et propose une méditation judicieuse sur la notion même de révolution, qui s’oppose à l’idée de réforme dans son inclination à marier la subversion du pouvoir et les plus profonds bouleversements socio-culturels. Le rappel des révolutions anglaise, américaine, hollandaise et suisse malmène le mythe de la singularité tricolore et montre les emprunts dont la France fut redevable. Pour autant, Annie Jourdan se garde bien de minorer les grandes réalisations dont la France des Constituants et même des Conventionnels montagnards peut légitimement s’enorgueillir. Sa plume s’évertue à inscrire celle-ci dans la genèse de la démocratie contemporaine. Cependant, l’utopie de l’unité chère aux Jacobins précipite la radicalisation d’un mouvement qui sombre finalement dans les délires de la Terreur. Telle est l’originalité ambiguë de la contribution française à l’Histoire. Soucieuse d’introduire la Révolution française dans le concert du XVIIIe siècle et de rendre hommage aux précurseurs anglo-saxons, Annie Jourdan décortique en guise de conclusion les conséquences paradoxales de la culture révolutionnaire en Europe, citant la naissance d’une société nouvelle affligée de nombreux antagonismes, le renforcement inouï de la puissance étatique et l’éclosion d’une république démocratique mâtinée de conservatisme.

Nicolas Pavillon

Titre : La Révolution, une exception française ?
Auteur : Annie Jourdan
Editeur : Flammarion
Nombre de pages : 461
Publication : janvier 2006 (nouvelle édition)
Prix : 9,50€
ISBN : 2-08-080123-6

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s