La Vendée et la Révolution

vendee_revolutionHeureuse décision des éditions Perrin, que celle d’éditer ce recueil d’articles de l’historien Jean-Clément Martin, grand spécialiste des guerres de Vendée et de la violence révolutionnaire. Il est vrai que le sujet se prête à moult polémiques touchant la légitimité républicaine. Assurément, les analyses de Jean-Clément Martin constituent parmi les plus fines de cette controverse où nombre d’autres historiens politiquement intéressés se sont fourvoyés.

La Vendée était devenue, nous rappelle Martin, l’insurrection « de référence » aux yeux des Révolutionnaires, soucieux de classer la France en amis et ennemis pour conférer un sens idéologique à leurs propres luttes fratricides. Cette subtilité ôte ainsi toute pertinence au concept de génocide, thèse défendue au prix de manipulation des documents produits par l’époque. Le cas du fameux général Turreau, chef des « colonnes infernales », est emblématique du chaos décisionnel régnant aussi bien à Paris que chez les officiers bleus et les émissaires de la Convention sur place. Les hommes de Turreau eux-mêmes, en définitive, agiront chacun à leur manière, interprétant ses directives – contradictoires – de manière passablement incohérente. Rien de commun avec les futures atrocités que seront les génocides du XXe siècle, en attendant deux du XXIe.

D’autres aspects du conflit ayant opposé les « armées catholiques et royales » à la Révolution font également l’objet d’intéressants développements, notamment quant à la très méconnue trêve de La Jaunaie en 1795, qui marque l’évolution de cet affrontement et révèle l’entrée de la Révolution dans l’ère du nationalisme après celui des idéologies, préfigurant l’action de Bonaparte mise en lumière dans un autre chapitre. Surtout, le poids de la mémoire sur le débat historique a longtemps pesé sur la valeur de l’historiographie : « défaite fondatrice » de la mémoire monarchiste, la Vendée a longtemps été perçue comme traîtresse par les historiens républicains. Le plus troublant, en définitive, est que cette polémique persiste, l’effondrement du communisme soviétique ayant réactivé certaines arrière-pensées. Au moins Jean-Claude Martin s’efforce-t-il de s’en dégager.

Nicolas Bernard

Titre : La Vendée et la Révolution
Auteur : Jean-Clément Martin
Editeur : Perrin
Collection : Tempus
Nombre de pages : 285
Publication : février 2007
Prix : 8,50 €
ISBN : 978 2 262 02597 7

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s