Les Bas-Fonds de Londres. Crime et prostitution sous le règne de Victoria

crimes_londresDans la seconde moitié du XIXe siècle, l’Empire britannique est à son apogée. Le drapeau de Sa Majesté la Reine Victoria flotte sur tous les continents et sur des navires sillonnant toutes les mers du globe. Indéniablement, l’Angleterre est la grande puissance du moment. La Révolution industrielle a accentué sa domination économique. Mais ce tableau idyllique cachait mal les inégalités sociales et la misère humaine, particulièrement au sein de la tentaculaire métropole londonienne, dont Kellow Chesney nous décrit ici les bas-fonds.

L’ouvrage, plaisamment écrit, ne tient pas seulement de la – remarquable – étude socio-historique. Il constitue, pour tout dire, un véritable manuel de survie, entre visite des « cours des miracles » tenues par la pègre, découverte des trottoirs arpentés par des prostituées laminées par la vie, et observation de ces ruelles obscures où rôdaient voleurs et violeurs, tandis que se dessinait ça et là l’ombre du sanguinaire Jack l’Eventreur… Au moins, signale Chesney, la pègre permettait-elle de maintenir, à sa manière, un certain ordre social intégré à la société victorienne. Le crime restait une conséquence inévitable du trop rapide bouleversement économique ayant affecté la Grande-Bretagne. Dans un pays où le sexe était tabou, la prostitution constituait une réponse aux frustrations.

La pègre, précise Chesney, sut évoluer sous l’influence de la société elle-même. La politique répressive du gouvernement, mais aussi l’évolution des mœurs, des mentalités, des luttes politiques et syndicales, se traduisirent pas une accentuation de la « respectabilité » du milieu. En un sens, la triste célébrité acquise par Jack l’Eventreur avait au moins permis à ses contemporains de prendre conscience de l’horreur économique gisant dans les bas-fonds.

Usant d’un humour so British, Kellow Chesney nous livre là une étude sur un sujet bien trop méconnu, sorte d’hommage à Charles Dickens et Jack London, et que n’auraient sans doute pas renié Paul Féval et Eugène Sue.

Nicolas Bernard
Titre : Les Bas-Fonds de Londres. Crime et prostitution sous le règne de Victoria
Auteur : Kellow Chesney
Editeur : Tallandier
Collection : Texto
Nombre de pages : 521
Publication : avril 2007
Prix : 10 €
ISBN : 978 2 84734 425 7
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s