Little Big Horn. Autopsie d’une bataille légendaire

little_big_hornCuster, le 7e de cavalerie, Sitting Bull et Crazy Horse, les Sioux sur le sentier de la guerre…

Qui n’a jamais rêvé des grandes plaines de l’Ouest sauvage immortalisées par les films de John Ford et la lourde démarche de John Wayne. Qui n’a jamais, enfant, joué aux Cow Boys et aux « Indiens ». Dans ce cadre, Little Big Horn occupe dans l’univers mental américain et dans une moindre mesure le nôtre une place particulière. Ce désastre que constitue le massacre des cavaliers de Custer en 1876, année du centenaire de l’indépendance américaine, est en effet entré dans la légende de l’Ouest. A l’instar de Davy Crockett au fort Alamo, la personnalité légendaire du « héros » et de ses adversaires en constitue une des principales clefs.

Quelle est la réalité de cette « bataille » de Little Big Horn ? En juillet 1863, la bataille de Gettysburg, la plus importante de la guerre de Sécession avait vu s’affronter près de 200 000 hommes durant trois jours. Treize ans plus tard, en juin 1876, celle de Little Big Horn, vit combattre moins de 3000 hommes dont à peine quelques centaines de cavaliers « bleus » de l’US Army. Une escarmouche en somme.

Mais pour nous, simple lecteurs, ce décalage constitue une véritable chance. Car pour un affrontement à la fois si légendaire et modeste dans ses proportions, l’autopsie que nous promet l’auteur devient réellement possible où celle de la bataille de Gettysburg aurait nécessité des dizaines de tomes.

Possible, et indéniablement réussie.

Faisant appel à toutes les sources disponibles, y compris les plus récentes recherches archéologiques, David Cornut analyse en profondeur, non sans passion, et presque minute par minute les journées de juin qui vont mener Custer à la mort. Mais l’auteur ne se limite pas, loin s’en faut, à l’analyse chirurgicale de l’affrontement. Les tenants et aboutissants des guerres indiennes et de la campagne de 1876 en sont longuement explicités et remis en contexte tout autant que nous sont présentées avec force détails la carrière du bouillant George Armstrong Custer ainsi que la personnalité de chaque acteur ou presque de ce drame hollywoodien. « Les » carrières de Custer devrait-on dire puisque ce véritable personnage de roman, sur lequel tout et son contraire a été écrit, s’avère être avant tout le plus jeune et peut-être le plus doué des généraux de cavalerie de la guerre de Sécession, « rempilant » après la guerre dans l’armée fédérale comme simple lieutenant-colonel. L’attachement de l’auteur à le réhabiliter avec force preuves à l’appui n’est d’ailleurs pas le moindre aspect de cette étude en forme d’enquête complète, passionnée et, avouons le, passionnante. Au titre des lacunes mineures, peut-être la présence de sous-chapitres explicites aurait-elle apporté un peu plus de confort dans la lecture et la compréhension.

Enfin, ce qui ne gâte rien, les éditions Anovi nous présentent ici un ouvrage superbe, agrémenté d’une belle iconographie riche et variée comprenant gravures, cartes, photographies, le tout éclairé d’annexes nombreuses comprenant, il convient de le souligner, un indispensable index. Ce contenant de grande qualité aide singulièrement à entrer un peu plus dans cette ambiance particulière de l’Ouest américain de la fin du XIXe siècle.

Vincent Bernard

Titre : Little Big Horn, Autopsie d’une bataille légendaire
Auteur : David Cornut
Editeur : Anovi
Nombre de pages : 386
Publication : 3e trimestre 2006
Prix : 27 €
ISBN : 2-914818-10-6

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s