Napoléon III

napoleon3Le personnage a longtemps été conspué par l’Histoire. Sous l’impulsion de Victor Hugo, les républicains (triomphants après le naufrage de 1870) ont tracé le portrait d’un despote aussi sanguinaire qu’incompétent. Depuis, il semble que les récriminations aient laissé la place à une vision moins stéréotypée des événements. La biographie de l’Empereur que nous livre Pierre Milza, grand spécialiste du fascisme, procède de cette évolution.

L’ouvrage constitue un rare exemple de combinaison réussie du compte-rendu biographique et de l’analyse socio-politique. La vie de Louis-Napoléon Bonaparte est ainsi passée au peigne fin, de sa naissance au sein d’un couple impérial déchiré à sa jeunesse où le romantisme politique se mêle à ses nombreuses conquêtes féminines. Peu à peu, l’homme se sent dépositaire d’une mission, à l’instar de son glorieux oncle, et, de conspirateur (mésestimé) sous Louis-Philippe, devient incontournable lorsque s’établit la Seconde République. Les mille et un détails du coup d’Etat de 1851 nous sont contés avec un luxe de précisions qui départagent les responsabilités de chacun – victimes incluses. Par la suite, Napoléon III imposera une politique autoritaire, avant de procéder à un adoucissement parlementaire du régime, comme il l’avait sans doute programmé à l’origine. Mais cette « parlementarisation » permettra à l’opposition de montrer sa force, sans se rallier au nouveau courant, outre qu’elle décevra les radicaux du gouvernement et des milieux d’affaires. L’Empereur, malade, multipliera les erreurs, jusqu’à celle – fatale – de déclarer la guerre à la Prusse en 1870. L’effondrement rapide de l’Empire témoigne de sa fragilité, mais même en exil, le monarque déchu préparait son retour. La mort, toutefois, sera première au rendez-vous.

Le Second Empire, souligne Pierre Milza, incarne la quintessance du bonapartisme, cette forme de césarisme (l’homme providentiel au service du peuple) doublé de populisme. Mais Napoléon III aura manqué du temps nécessaire pour résoudre les contradictions du système, lequel devait dans son esprit se muer en démocratie libérale. Les moyens employés, du coup, éclipseront longtemps dans la mémoire collective les fins recherchées, de sorte que Napoléon III sera un peu facilement assimilé à un boucher de la République et un fossoyeur d’Empire… La somptueuse biographie de Pierre Milza, dans ce contexte, peut enfin nous faire espérer y voir plus clair.

Nicolas Bernard

Titre : Napoléon III
Auteur : Pierre Milza
Editeur : Perrin
Collection : Tempus
Nombre de pages : 852
Publication : janvier 2007
Prix : 12 €
ISBN : 978 2 262 02607 3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s