1956 communiste. Le glas d’une espérance

1956_communisteIl est de ces années qui marquent – et font – une époque. 1947 avait accouché de la Guerre Froide et concrétisé le mouvement de décolonisation, 1956 ébranla le bloc communiste en profondeur. Du discours de N. S. Khrouchtchev dénonçant les excès du « culte de la personnalité » de Staline à l’insurrection révolutionnaire de Budapest, s’écoulent douze mois de rebondissements et de remises en cause, d’attente et d’espoir, de sang et de larmes.

Roger Martelli retrace, dans ces quelques dizaines de pages, l’histoire de cette année explosive pour l’univers communiste. Il souligne à quel point Khrouchtchev joua à l’apprenti-sorcier, si peu capable de refermer la boîte de Pandore de la déstalinisation qu’il fut rapidement contraint, au cours de l’année, à faire machine arrière. Il est vrai que sa pauvreté doctrinale était patente. Les dissidents du léninisme et du stalinisme, des trotskystes aux boukhariniens, avaient été éliminés dans les années vingt-trente : pur produit de l’appareil, Khrouchtchev était incapable d’organiser un raisonnement idéologique cohérent et original. En d’autres termes, quoique enclin aux réformes, il lui était impossible de sortir de la logique du système. Le stalinisme, malgré ses critiques, restait pour lui le communisme. Tito était parvenu à voir plus loin, à considérer que le « culte de la personnalité » n’était pas le problème, que la dérive était issue du système lui-même. Cette cécité politique et idéologique du Kremlin fut à  l’origine des erreurs de calculs qui aboutirent aux rébellions polono-hongroises. Le « Bloc » n’était pas tout à fait mûr pour sortir de la Terreur et regarder son passé en face. En fait, il ne le fut jamais, y compris la veille de sa mort, en 1989.

Outre de constituer un outil idéal pour les lycéens, les étudiants, les universitaires ou les simples curieux, le petit livre de Roger Martelli reproduit de nombreux documents issus des archives soviétiques : rapports de la Sécurité d’Etat, comptes-rendus des plus importantes réunions dirigeantes, afin de se faire une idée plus juste, pièces à  l’appui, des soubresauts de l’Est en ce milieu des années cinquante. Un ouvrage à posséder, pour qui veut en apprendre davantage sur le système soviétique et celui de ses satellites, agrémenté d’une belle réflexion politique, autrement plus subtile que l’analyse « totalitariste », et qui montre à quel point que rien n’était joué, le « communisme de gouvernement » étant à la fois le produit d’une idéologie et de la conjoncture.

Nicolas Bernard

Titre : 1956 communiste. Le glas d’une espérance
Auteur : Roger Martelli
Editeur : La Dispute
Nombre de pages : 218
Publication : octobre 2006
Prix : 18 €
ISBN : 2843031400

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s