Journal politique, 1937-1943

CianoFasciste de la première heure, gendre de Mussolini, marié avec la fille du Duce – Edda –, Galeazzo Ciano est le fils d’un amiral de la marine italienne, élevé dans la noblesse par le souverain suite à ses faits d’armes dans la Grande Guerre. Nommé ministre des Affaires étrangères à l’âge de 33 ans seulement, le jeune diplomate est confronté, dans la seconde moitié des années trente, au défi constitué par l’alliance étroite avec l’Allemagne ; cette alliance bientôt devenue une véritable sujétion et que dénoncera Ciano après avoir été son principal artisan. Partisan d’une paix séparée avec les Alliés dès 1942, il perd la confiance de Mussolini et doit démissionner en janvier 1943. Nommé ambassadeur au Saint-Siège, il vote l’ordre du jour du Grand Conseil fasciste du 25 juillet 1943 impliquant la chute du Duce. Arrêté par les Allemands, livré au gouvernement de la République de Salo, il est fusillé le 11 janvier 1944.

ciano1La publication de sources primaires est toujours un exercice ardu pour l’éditeur scientifique qui en est chargé dans la mesure où de la qualité de l’appareil critique dépend, pour le lecteur, l’utilité du document considéré. Si le format « poche » (en collection Tempus) que nous proposent aujourd’hui les éditions Perrin pour la première publication intégrale et critique en langue française des souvenirs de Galeazzo Ciano entre 1937 et 1943 n’est sans doute pas idéal pour le chercheur souhaitant utiliser ces deux volumes comme outil de travail, et cela malgré le conditionnement dans un élégant coffret rigide, la qualité intrinsèque de l’ensemble doit être soulignée. La traduction a en effet été entièrement révisée et corrigée par Emmanuel Mattiaoto. Des erreurs présentes dans les traductions françaises antérieures ont été corrigées. Les notes, très heureusement présentes en bas de page et non pas renvoyées en fin de volume, sont très détaillées. Elles proposent des notices biographiques des personnages éminents ou méconnus cités, des précisions historiques et bibliographiques très utiles.

Le rapport avec l’Allemagne et l’évolution sensible de la position du ministre des Affaires étrangères de l’Italie fasciste, au regard de celle des événements diplomatiques de ces années difficiles, demeurent naturellement au centre des pages de ses souvenirs, plus encore dans le second volume que dans le premier. Elles nous éclairent en conséquence sur les relations personnelles, parfois difficiles, entretenues par Ciano avec les responsables politiques du moment, en Italie mais aussi à l’étranger. Ciano n’était, il est vrai, pas très bien considéré par les « authentiques fascistes » ni par ses « amis » allemands. Le diplomate offre ainsi une galerie de portraits et de nombreuses anecdotes très vivantes qui donnent à l’ensemble une réelle saveur littéraire. Il n’en reste pas mois que Ciano, même devenu, à partir du déclenchement de la guerre pour laquelle l’Italie n’est pas prête, un opposant à la politique de son beau-père, apparaît dans ses souvenirs tout à la fois comme un fervent conservateur, partisan de la solution autoritaire pour l’Italie mais aussi comme un anti-communiste virulent.

M. B.

Titre : Journal politique, 1937-1943. Tome 1 : août 1937-septembre 1939 ; Tome 2 :septembre 1939-février 1943
Auteur : Galeazzo Ciano
Editeur : Perrin
Nombre de pages : Tome 1 : 670 ; Tome 2 : 707.
Publication : février 2015
Prix : 24,50 € (Tome 1 : 12€ ; Tome 2 : 12,50€)
ISBN : 979-2-262-05025-2 (Tome 1 : 978-2-262-04102-1 ; Tome 2 : 978-2-262-05024-5)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s